Archives mensuelles : juillet 2008

Allez, c’est lundi, au boulot!

Surprise! Il n’y a pas qu’à Montréal que les compagnies d’utilité publique se font un plaisir d’avoir un horaire de travaux un peu décalé – comme Gaz Métro avec le boulevard Saint-Laurent: ce matin, j’ai eu la surprise de découvrir sous mes fenêtres machinerie lourde et ouvriers prêts à en découdre avec l’asphalte presque neuve de la route qui fait le tour de l’île. Aguakan, la compagnie des eaux, a décidé de changer ses canalisations… Programme prévu depuis longtemps et mis à exécution avec beaucoup de retard. Comme quoi certaines choses ne changent guère, d’une île à l’autre. Allez, bon lundi!

Publicités

Danse dans la mer

À pas lents, ils sont descendus vers la mer, main dans la main… attentifs l’un à l’autre, lui surtout à elle qui marchait mal. Et, longtemps, ils sont restés, les yeux dans les yeux, à se baigner dans les vagues tièdes de Playa Norte, en une valse lente, celle des amoureux qui sont seuls au monde.

Heureux qui comme bébé …

a fait sa sieste dans un hamac. Prêt à retourner dans les bras de sa mère, heureux de vivre, tout, quoi!

Ils sont de toutes les couleurs, ces hamacs, tissés de différents points, en fils de soie ou de coton. Dans notre culture, ils sont plutôt assimilés à la sieste, au farniente, aux vacances. Nous les imaginons accrochés entre deux palmiers, au bord de la mer. Mais en fait, ils sont omniprésents dans la vie des Isleños (et des Mexicains) – la plupart y dorment encore et je dois dire que je les ai adoptés moi aussi.

Il faut d’abord les choisir. Les meilleurs sont en coton, vous dira Ezéchiel, un passionné qui tisse de merveilleux hamacs – sa mère et sa grand’mère lui ont enseigné les différents points, c’est vraiment un art familial. Le veut-on pour soi tout seul, ou va-t-on y dormir en bonne compagnie? Il en existe de toutes les tailles. Bref, par grand’chose à voir avec le hamac que nous emmenons à la plage pour y somnoler un tantinet.

Il y a une manière de s’y installer pour y bien dormir. Je le reconnais, c’est un apprentissage parfois laborieux – quelle différence avec nos lits rigides que ce bercement auquel il nous faut nous (ré)habituer… et sans compter que ce n’est guère dans nos habitudes de dormir ainsi suspendus! Allez, faites-vous le plaisir d’essayer, vous verrez!

Là-dessus, laissez-moi vous souhaiter une bonne nuit, c’est l’heure d’aller doucement me balancer en rêvant aux tortues qui ce soir sont venues pondre sur une plage près de chez moi… chaque année, je ne manque pas de leur rendre visite, un autre de ces beaux moments que m’apporte la vie! Buenas noches 🙂

Ézéchiel et quelques unes de ses créations:

Carte postale – 4

À la plage, je lis, tu lis, ils lisent…

Dos à la mer, absorbés par leur lecture, ils n’ont pas vu le mariachi qui passe, pensant à sa douce? à sa musique?

¿ Quién sabe?

Riche et célèbre: la rédac’ du mois

Sans quitter des yeux l’île qui s’approche, sourire aux lèvres, il noue son bandana, un geste que ses mains connaissent bien. Il revient d’un long voyage et depuis son arrivée à l’embarcadère, les gens n’arrêtent pas de le saluer, heureux de le voir de retour.

Quelques jours plus tard, la Clinica de Chipie ouvre à nouveau ses portes, pour le plus grand bonheur de la communauté isleña.

Delfino, notre vétérinaire, est une célébrité à Isla Mujeres. Dévoué à la cause des chiens et chats des rues – qui ne manquent pas par ici – il se bat passionnément pour améliorer leur sort.

Venu longtemps en touriste, depuis Mexico, sa ville natale, il s’est installé sur l’île, après un long séjour en France, avec une idée dans la tête : améliorer la qualité de vie des chiens et des chats de l’île et par là même, celle de ses habitants. Quelques années plus tard, les hasards de la vie l’emmenaient au Québec – mais au bout de six mois, il reprenait le chemin de l’île, pour le bonheur de tous…

Ses journées sont bien remplies: en plus de passer de longues journées à sauver et à soigner chiens et chats (et parfois aussi iguanes et mouettes) il participe régulièrement à des campagnes de stérilisation, écrit une chronique très suivie dans le Diario de Yucatan, et, ce printemps, il a ajouté une nouvelle corde à son arc, donnant des laboratoires de sciences aux étudiants du collège voisin – par-dessus tout cela, il y a aussi ses activités de musicien, et voilà un homme heureux – et très occupé!

Cette passion pour son travail est sa richesse, tout comme l’affection que tous nous lui portons.

Disons que c’est là mon idée de la fortune et de la célébrité, sans relation aucune avec les magasines people et les gros comptes de banque…

Le 15 du mois à midi heure de Paris, les rédac’ blogueurs écrivent tous un billet sur le même sujet – ce mois-ci, il nous fallait broder sur le thème « Vous en rêviez, c’est fait: à vous la fortune et la célébrité, racontez-nous votre nouvelle vie… »

42 participants pour cette rédac de juillet, allez donc les lire, et n’oubliez pas de commenter !

1/ Laurent, 2/ Olivier, 3/ Noelia, 4/ Bergere, 5/ Bertrand, 6/ JvH, 7/ Hibiscus, 8/ Anne, 9/ Julien, 10/ Chantal, 11/ Looange, 12/ V à l’ouest, 13/ Jo Ann v, 14/ William, 15/ Catie, 16/ Nanou, 17/ Cecfrombelgium, 18/ Julie70, 19/ Gazou, 20/ BlogBalso, 21/ Lydie, 22/ Lucile, 23/ Optensia, 24/ Joël, 25/ Linda, 26/ Denis, 27/ Julie, 28/ Le chat qui, 29/ Ckankonvaou, 30/ Lodi, 31/ Mahie, 32/ Asibella, 33/ Mariuccia, 34/ Brigetoun, 35/ Amanda, 36/ Renée, 37/ Agnes, 38/ Laetitia, 39/ 4nn3, 40/ MissBrownie, 41/ Karmichette, 42/ Rikar

Fût-ce le temps d’un billet, j’ai de la difficulté à m’imaginer riche et célèbre, tout au moins selon la classique définition de la chose …

Ainsi va la vie ; c’est pourquoi je vous ai conté la belle histoire d’un célèbre habitant de mon île du sud…

Carte postale – 3

14 juillet 2008, quel est le programme du jour ?

Il fait beau et chaud, et tandis que la France célèbre – bonne fête nationale à tous mes amis français – je planche sur la rédac’ du mois, tout un thème cette fois !

Bons souvenirs d’Isla Mujeres, voici quelques fleurs pour vous donner envie de venir me visiter…

Hasta luego,

En direct des iles

Carte postale – 2

Ce soir, laissons Chucho jazzer dans la nuit, c’est la meilleure chose à faire après une journée de plage, de soleil et d’un peu de pluie en fin d’après-midi…

Hasta luego…