Archives quotidiennes : 19 mars 2009

10 livres en 2 minutes

Librairie d'Outremont

« Vite de même, pouvez-vous nommer 10 livres qui vous ont marqués? Et passez la « tag », on est curieux! » nous demandait hier matin sur Facebook Caroline Allard (j’ai du retard dans mes lectures, mais une excuse en forme de départ…  😉 ).

J’ai laissé une liste, évidemment pas exhaustive, de 10 de mes livres favoris. Il en manque beaucoup, vous vous en doutez, je suis une fidèle cliente de la librairie de Roland, laquelle déborde de livres que je ne me lasse pas d’acheter – pour avoir le plaisir de les rendre nomades en les offrant aux copains… j’irai d’ailleurs, cet après-midi, compléter la petite pile qui attend sagement,  dans une étagère de la bibliothèque, d’être rangée dans l’un des sacs de voyage.

Roland, libraire à Outremont

La voici, cette petite liste rapidement élaborée, merci  de déposer à votre tour la vôtre dans les commentaires…

L’éloge de la lenteur, Carl Honoré
Le rêve mexicain, J.M.G. Le Clézio
L’écume des jours, Boris Vian
Le tarbouche, Robert Solé
L’amour au temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez
Mémoires d’une jeune fille rangée, Simone de Beauvoir
Les mémoires d’Hadrien, Marguerite Duras
Hazard, J.M.G. Le Clézio
La rage et l’orgueil, Oriana Fallaci
L’insoutenable légèreté de l’être, Kundera

Publicités

Point tournant – Alegria

6:41 sur la montagne...

Sourire en ré majeur…

Il y a de l’écho lorsque je marche, même doucement, sur les vieux planchers de l’appart… que voulez-vous, c’est pas mal plus vide que samedi dernier !

der de der

Depuis dimanche, le décor se déconstruit, c’est un va-et-vient permanent d’amis et de connaissances qui viennent chercher meubles, objets, livres, vaisselle.

À chaque objet qui s’en va, je souris à la liberté de me déposséder – seul moment difficile, ce matin, lorsque le service de déchiquetage est venu chercher les boites de documents – certaines contenaient des lettres, des souvenirs, et je mentirais en disant que d’écouter la bruyante machine mâcher les nombreuses pages échangées avec mon père ou ma mère… et bien, j’ai eu l’impression de les quitter une autre fois ; alors que ce n’est que du papier qui se faisait mettre en confettis, car eux, leur place est pour toujours dans mon cœur.

Quelle chance, les amis sont là, qui m’aident à trier et à ranger tout ce qui m’a entouré ici durant des années.

De rires en rires, de plaisanteries en plaisanteries, de pensées philosophiques en pensées philosophiques, les minutes s’écoulent, l’appart se vide de ses choses mais non de ses joyeuses vibrations, chaque instant me rapprochant du point tournant, de la dernière réunion amicale, celle qui verra réunis vendredi soir mes amis les plus chers, pour une dernière coupe de champagne, tous assis autour des sacs de voyage pour trinquer à ma nouvelle vie, plus nomade que jamais !

Je reviendrai à Montréal, comment ne pas revenir dans cette ville que j’aime malgré ses épouvantables hivers, cette ville qui vibre comme peu d’endroits sur la planète …

Montréal ma belle, je serai absente juste quelques mois, je reviendrai te voir, je reviendrai vous voir, tous mes amis…

Mais ce soir, je suis toute à la joie, dans mon appartement vide, de mon prochain départ, du début d’un autre rythme de vie, suite logique de ce cheminement commencé depuis plusieurs années…

Allégresse, Alegria, mes pas tranquillement me mènent de la lumière du bord du fleuve à la lumière du bord de mer…

En vol