Archives de Catégorie: Cartes postales

Carte postale 22 : Effets secondaires

IMG_0193

au loin: la zone hotelière de Cancun

Chers tous,

Nous aimons tous voyager, nous rêvons tous aux plages de sable fin et aux eaux cristallines de la mer des Caraïbes.

Pour accueillir tous ces touristes, le pays développe, développe et développe encore. Avec pour résultat la destruction de ce qui a enchanté les premiers visiteurs…

Je vous livre ci-dessous quelques petites réflexions échangées avec un de mes copains, amoureux comme moi du Mexique et catastrophé, lui aussi, par le manque de jugeote de certains décideurs.

Quelle chance, il semblerait qu’en haut lieu, on commence à s’inquiéter !

Mickou : La célèbre station balnéaire de Cancun, première destination touristique du Mexique, est «saturée» par la prolifération des hôtels, qui «met en danger ses écosystèmes», a averti le ministère mexicain de l’Environnement.

http://www.planetaazul.com.mx/www/2009/08/11/mexique-trop-dhotels-a-cancun-avertit-le-ministere-de-lenvironnement/

Renée : non non non, on ne le savait pas qu’on allait tuer la lagune en fermant tous ses accès à la mer, la rendant ainsi très mais très puante par endroits…

Mickou : Bah non.. impossible de savoir ça avant de l’avoir fait, jajajajajajaja.. en plus, on ne savait pas non plus qu’en bâtissant des immeubles énormes et en tirant sur toutes les ressources naturelles pour remplir les tinacos et les piscines du coin, on allait assécher la région !

Renée : ajoute au désastre l’échec de la reconstruction des fameuses plages de Cancun, victimes de l’érosion causée par la présence des énormes hôtels, au moyen de sable dragué en pleine mer, dans une zone de reproduction des caracols, langoustes, crevettes et autres fruits de mer tant prisés par les touristes: la mer n’en faisant qu’à sa tête, ce sable ne reste pas là, non il s’en va tranquillement étouffer les récifs de coraux qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes, comme si leur fréquentation intensive par des plongeurs débutants ne suffisait pas à leur malheur… et ils recommencent!

Carte postale 21 : quand la Méditerranée rencontre la Mer des Caraïbes…

Chers tous,

Il y avait du sable, du soleil et du pastis, des cochonnets, et des boules aussi…

La Méditerranée a rencontré la mer des Caraïbes hier à Playa del Carmen ; ça sentait le petit jaune comme dirait ma copine Corinne (normal, Ricard sponsorisait l’événement)  le français et l’espagnol se mêlaient, les Français heureux de retrouver leurs traditions et les Mexicains de découvrir un nouveau jeu, et tout le monde s’amusait ferme.

Tournoi de pétanque, Playa del Carmen

Retour à Playa pour la nomade, donc,  histoire d’assister à… un tournoi de pétanque, mais oui ! organisé par un groupe de Français du coin, l’Alliance Française et le Consulat de France à l’occasion de la fête nationale – célébrée ici par tous les francophones du coin.

Sur la calle 26, on était loin du célèbre « sous les pavés, la plage », bien au contraire, le sable recouvrait une portion de la rue pour permettre à environ 100 joueurs de pétanque de participer au tournoi – la place des Lices n’était pas loin !

Entre deux commentaires, les spectateurs pouvaient siroter leur pastis, déguster vins et tequila et accompagner le tout avec des andouillettes, merguez, boudin noir et saucisses de veau, qui grillaient pas loin de l’aire de jeu, merci à l’ami Michel Fournier.

Tournoi de pétanque, Playa del Carmen

Michel Fournier

On aurait cru entendre chanter les cigales…

Je n’ai pas su si les perdants avaient dû respecter la règle en cours dans le sud de la France, berceau de ce jeu si convivial… je sais juste que je me suis beaucoup amusée, ai revu des amis et en ai rencontré de nouveaux.

Pas monotone, la vie au Yucatan, peuchère ! J

Carte postale 20 – Buddha Bar sur la plage

Chers tous,

Rose, le palmier!Sur la plage du Mamita's

Les palmiers rosissent de plaisir, 2000 personnes dansent sur la plage, Claude Challe, DJ de Buddha Bar Paris, s’active à ses tables et revisite pour nous rythmes arabes, latins, disco – et même Beethoven !, les remixant pour créer cette musique lounge qui depuis 10 ans fait notre bonheur et sa réputation.
Imaginez-vous, votre cocktail préféré à la main, les pieds dans le sable du plus beau beach club de Playa del Carmen (certains disent même que c’est le plus beau du Mexique) – et cette musique ! Quelle belle manière de commencer l’été.

Claude Challe

C’est là que nous étions hier soir, grâce à Maud Vetter Houssais, directrice de l’Alliance Française, à Florent Houssais, Consul honoraire de France à Cancún et au Mamita’s Beach Club, qui, en collaboration avec le Municipio de Solidaridad de l’état du Quintana Roo, pour célébrer le début de l’été 2009, nous ont organisé une Fête de la Musique qui a rassemblé plus de 500 musiciens …

Et quelle chance, nous aurons bientôt d’autres occasions de nous rencontrer !

Claude ChalleFête de la Musique 2009, Playa des CarmenBar du Mamita's.

Carte postale 19 – Twittcun!

Chers tous,

Troisième samedi de mai, longue fin de semaine au Québec… Depuis plusieurs années, mon samedi « hasta luego Isla Mujeres, hola Montreal »…

Taxi, bateau, taxi, bus, aéroport de Cancun, vol AC1251 direction Montréal.

vol AC1251, direction Montréal

Et bien aujourd’hui, on change !

Je vais prendre un taxi jusqu’au bateau.

Puis je prendrai le bateau.

Et un autre taxi.

Mais je n’irai pas à l’aéroport.

De toute façon, pas de vol AC1251 puisque grippe cochonne n’oblige pas, Air Canada ne vient pas nous voir avant le 1er juin.

Non, mieux que ça.

Tout à l’heure, j’irai à Cancun assister au Twittcun qui se tient aujourd’hui au Café El Pabilo, à l’hôtel Xbalamqué sur la Yaxchilan. Ma première réunion 2.0 au Mexique. Je les ai découverts en faisant une recherche sur Mexico 2.0, un futur billet que vous pourrez lire très bientôt sur Profession : Nomade.

Nouvelle tribu, nouveau twibes? et pourquoi pas!

Oui oui je vous raconterai, promis !

Carte postale 18 – El Cinco de Mayo

Cinco de Mayo

Chers Tous,

Nous sommes le 5 mai, ordinairement un jour de célébrations à travers le pays : le long chemin du Mexique vers l’indépendance est jalonné de rébellions, de révolutions, de batailles dont certaines sont restées dans les mémoires, telle celle de Puebla, commémorée aujourd’hui.

El Cinco de Mayo, un peu d’histoire :

1860 : Benito Juárez est élu Président du Mexique après trois années de guerre civile. Il est l’auteur de réformes qui ont laissé un profond impact sur le pays, telle, par exemple, la séparation de l’Église et de l’État. À ce moment, l’état mexicain, ruiné, suspend le remboursement de sa dette extérieure et la France, l’Angleterre et l’Espagne décident d’intervenir. Ces deux derniers acceptent un compromis, mais la France persiste et envoie des troupes qui débarquent à Veracruz en 1862. Les 6500 soldats de l’armée de Napoléon III avancent vers la capitale, montent jusqu’à Puebla, qu’ils tentent de prendre d’assaut. Ils s’y heurteront à 4500 miliciens mal équipés, mais très déterminés, qui remporteront la bataille… Plus tard, les Français réussiront à s’imposer – pour quelques courtes années, nommant un empereur (Maximilien d’Autriche) qui finira fusillé, tandis que les Mexicains éliront à nouveau Juarez comme président.

Le Cinco de Mayo est une fête très populaire, mais qui ne marque pas le jour de l’indépendance mexicaine, laquelle est célébrée le 16 septembre, par une reconstitution du Grito de Dolores, l’appel public à la révolution lancé par Miguel Hidalgo, curé du village de Dolores, la nuit du 15 au 15 septembre 1810 …

Cette année, pas de défilés, pas de reconstitution de la bataille à Puebla comme chaque année, mais au moins, la vie reviendra peu à peu à la normale à partir de demain, dans ce Mexique paralysé depuis une semaine par un infiniment petit qui aura su prendre beaucoup, mais vraiment beaucoup d’espace …

Allez, Viva México !

Carte postale 17, dont le sujet sera un virus un peu cochon

photo.jpg

Chers tous,

Ô combien j’aurais aimé n’avoir à vous parler que de ma dernière visite à La Bruja, une des meilleures loncherias de la colonia La Gloria, de son très gentil service, de son excellente enchilada suiza, de ses fajitas au poulet, de son guacamole et du délirant décor… . La Bruja, c’est une sorcière, mais celle-ci est plutôt une magicienne des petits plats typiques du Mexique…

Par contre, on pourrait croire qu’une bruja moins gentille a décidé que le Mexique allait vivre des jours difficiles. Depuis une semaine, on ne parle plus que d’un microbe psychopathe qui tue certes moins que les narcotrafiquants, mais qui a réussi, allez savoir comment, à prendre toute la place de toutes les « une » des journaux de la planète, du nord au sud et de l’est à l’ouest. La vedette du moment, rien de moins.

Que vous dire ? Je vis ça de l’intérieur, je suis au Mexique, à Isla Mujeres, pas loin d’où, paraît-il, le cochon virus – qu’il faut maintenant appeler grippe mexicaine et non plus grippe porcine – a attaqué deux touristes anglais, provoquant l’arrêt des vols qui amenaient chaque semaine, d’Angleterre au Mexique, des centaines de Britanniques heureux à l’idée de découvrir la Riviera Maya.

Depuis lundi et jusqu’au 6 mai, les écoles sont fermées, pour le bonheur des petits Mexicains. Mais aussi tous les cinémas, musées, et maintenant sites archéologiques. De Teotihuacán à Tulum, en passant par Chichén Itzá, Uxmal, Palenque, Cobá, les villes anciennes retournent, pour quelques jours au moins, au silence et à la solitude…

À México, à partir de demain, seront également fermés restaurants, cafés, bars, cabarets, discothèques et dancings.

L’aéroport de Cancun, d’ordinaire très achalandé, sera lui aussi très tranquille, puisque de plus en plus de vols sont annulés, en provenance du Canada, de la France, et probablement bientôt d’autres pays.

Mise au point : oui, la prévention, c’est bien. Et même très bien. Pendant la période des ouragans, nous sommes habitués à bien nous préparer, avec pour résultats qu’il y a très peu de morts lors du passage d’un cyclone, même aussi puissant que Dean

Mais je dois vous dire que nous comprenons difficilement un tel branlebas de combat pour combattre un virus qui a fait très peu de morts comparativement à bien d’autres maux qui nous accablent :  à travers le monde, quotidiennement, 24 000 personnes meurent de faim  et 6000 du SIDA … pour ne parler que de ceux-là…

Mes amis enregistrent annulation sur annulation – imaginez la catastrophe, pour une région qui vit du tourisme – Cancun est la première place touristique du Mexique et la cinquième de la planète.

Cela dit, l’humour noir, spécialité mexicaine, a bien évidemment su tirer parti de la présence du microbe.

Pendant ce temps, bien des évènements importants sont occultés : crise économique, pertes d’emplois, faillites autant de compagnies que de particuliers.

Le microbe, bien appuyé par l’OMS, tient solidement la une des journaux – et des blogs – du monde entier.

Voulez-vous que je vous dise : ce qui va rendre malade le Mexique, ce n’est pas tant la grippe porcine – pardon mexicaine – que le stress que vont vivre tous ceux qui auront perdu leur gagne-pain – pour cause de crise ou de virus…

À part ça, il fait beau, tout va bien, on vous attend.

Bises,

Renée

Carte postale 16 – Domingo de Pascua

colores de primavera

Chers tous,

Où que vous soyez, quelle que soit la Pâque que vous célébrez, je vous souhaite la plus belle des journées et pense à vous…