Archives de Tag: Yucatan

Carte postale 21 : quand la Méditerranée rencontre la Mer des Caraïbes…

Chers tous,

Il y avait du sable, du soleil et du pastis, des cochonnets, et des boules aussi…

La Méditerranée a rencontré la mer des Caraïbes hier à Playa del Carmen ; ça sentait le petit jaune comme dirait ma copine Corinne (normal, Ricard sponsorisait l’événement)  le français et l’espagnol se mêlaient, les Français heureux de retrouver leurs traditions et les Mexicains de découvrir un nouveau jeu, et tout le monde s’amusait ferme.

Tournoi de pétanque, Playa del Carmen

Retour à Playa pour la nomade, donc,  histoire d’assister à… un tournoi de pétanque, mais oui ! organisé par un groupe de Français du coin, l’Alliance Française et le Consulat de France à l’occasion de la fête nationale – célébrée ici par tous les francophones du coin.

Sur la calle 26, on était loin du célèbre « sous les pavés, la plage », bien au contraire, le sable recouvrait une portion de la rue pour permettre à environ 100 joueurs de pétanque de participer au tournoi – la place des Lices n’était pas loin !

Entre deux commentaires, les spectateurs pouvaient siroter leur pastis, déguster vins et tequila et accompagner le tout avec des andouillettes, merguez, boudin noir et saucisses de veau, qui grillaient pas loin de l’aire de jeu, merci à l’ami Michel Fournier.

Tournoi de pétanque, Playa del Carmen

Michel Fournier

On aurait cru entendre chanter les cigales…

Je n’ai pas su si les perdants avaient dû respecter la règle en cours dans le sud de la France, berceau de ce jeu si convivial… je sais juste que je me suis beaucoup amusée, ai revu des amis et en ai rencontré de nouveaux.

Pas monotone, la vie au Yucatan, peuchère ! J

Publicités

Carte postale 20 – Buddha Bar sur la plage

Chers tous,

Rose, le palmier!Sur la plage du Mamita's

Les palmiers rosissent de plaisir, 2000 personnes dansent sur la plage, Claude Challe, DJ de Buddha Bar Paris, s’active à ses tables et revisite pour nous rythmes arabes, latins, disco – et même Beethoven !, les remixant pour créer cette musique lounge qui depuis 10 ans fait notre bonheur et sa réputation.
Imaginez-vous, votre cocktail préféré à la main, les pieds dans le sable du plus beau beach club de Playa del Carmen (certains disent même que c’est le plus beau du Mexique) – et cette musique ! Quelle belle manière de commencer l’été.

Claude Challe

C’est là que nous étions hier soir, grâce à Maud Vetter Houssais, directrice de l’Alliance Française, à Florent Houssais, Consul honoraire de France à Cancún et au Mamita’s Beach Club, qui, en collaboration avec le Municipio de Solidaridad de l’état du Quintana Roo, pour célébrer le début de l’été 2009, nous ont organisé une Fête de la Musique qui a rassemblé plus de 500 musiciens …

Et quelle chance, nous aurons bientôt d’autres occasions de nous rencontrer !

Claude ChalleFête de la Musique 2009, Playa des CarmenBar du Mamita's.

Tranche de vie 3: des gris et de la lumière

Règle générale, nous baignons dans les bleus… c’est ce que viennent chercher nos visiteurs – bleu du ciel, bleus de la mer…

Parfois une exception : de l’autre côté de la fenêtre, le jour se lève tout de gris. Mais quels gris ! Parfois sombres, près du noir, ciel menaçant. Aujourd’hui, on jouait plutôt dans les gris-lumière. Jugez-en par vous-mêmes. Est-ce parce qu’ils sont rares qu’ils m’inspirent, ces gris colorés de notre ile?

petit jour gris

Même les gris peuvent être gais – et ne nous ont pas empêchées, mes copines et moi, de faire du yoga sur la plage déserte, peu avant le coucher du soleil. Que voulez-vous de mieux comme studio !

Un tour avec El Veloz, quelques longueurs dans la mer, une belle séance de yoga – quoi de mieux pour terminer une journée chargée – dois-je vraiment ajouter que le programme me plait, du lever du jour qui me voit me promener sur Netvibes, à la recherche de bons billets et de bonnes informations à partager avec vous sur Twitter, au moment de vous écrire ce billet en passant par la journée virtuelle à Montréal, travail oblige? Vie de nomade digitale bien ancrée dans ses réalités …

Grispourquoi n'y a-t-il pas de pluriel à gris?le ferry passe...balançoires 2les filets sont rangés

Recette pour bien commencer la journée

. regarder le soleil se lever, tout en saluant les copains sur twitter

. lire son journal personnalisé avec Netvibes

. ne pas oublier de twitter les liens intéressants…

. emmener El Veloz faire un tour jusqu’au marchand de jus d’orange.

. demander un jus d’orange à la chaya *

naranjas dulcesprêtes pour le pressagejus frais, frais, fraisle jus + la chaya

. revenir par le bord de mer.

. déguster tout en préparant un billet…

Et voilà – retour à la programmation régulière.

Bonne journée !

* La chaya, que l’on surnomme parfois l’épinard du Yucatan, est un arbuste à croissance rapide que l’on trouve à travers toute la péninsule et qui produit beaucoup de grandes feuilles d’un vert sombre. La chaya a une teneur exceptionnellement élevée en protéines, calcium, fer et vitamine A.

Tranche de vie 2 : Il est partout? en fait il n’est nulle part…

Pélican songeur

Ce pélican semble se demander pourquoi les journaux de partout racontent que nous sommes tous terrés chez nous, jouant à des jeux de société en famille, terrorisés par le microbe qui, pour avoir changé de nom, n’en sévit toujours pas moins à travers la planète, alors qu’en réalité la vie continue – à peu près – son petit bonhomme de chemin…

Où l’on se met en perspective

Aucun cas de grippe relié au virus n’a été déclaré ni au Yucatan, ni au Quintana Roo.

Et cependant, que de dégâts à venir pour notre économie!

Quelques moments dans la vie de la nomade

Ces derniers jours, je me suis beaucoup promenée, curieuse de voir par moi-même les changements apportés par le microbe (renommé A N1H1) à notre quotidien, malgré son absence totale de notre environnement (à part dans les journaux évidemment)

C’est le début de la basse saison, mais passer de basse saison à pas de saison du tout… c’est inquiétant, surtout que si l’on en croit les journaux et les fils de nouvelles : nous devrions nous retrouver très vite avec zéro touristes, puisque plusieurs pays ont suspendu ou restreint leurs vols vers Cancun. Les chiffres annoncés dans les articles que je parcours ont de quoi faire pleurer le plus optimiste des commerçants…

Un petit tour à Centro me permet de constater que certes, c’est tranquille, mais il y a tout de même du mouvement.

à la pharmacie du superenfants au parcmalecon del caribeCentro

Ne fût-ce que parce que les voiliers de la Regata del Sol a Sol ont commencé à arriver, marquant le début d’une semaine de festivités cumulant avec la partie de basket-ball qui oppose chaque année l’équipe des Isleños aux à celle des participants à la Regata. Rues animées, restaurants bondés… pour quelques jours encore, il y a de l’ambiance.

Ragatta Sol a Sol, la partie de basket-ballAvenida Hidalgo, Isla MujeresGiorgio

Tant qu’à être sur Hidalgo, j’en ai profité pour manger mes pastas préférées (des rigatonis aux quatre fromages) au restaurant Rolandi , une institution ici sur l’ile qui depuis 30 ans nous offre pâtes, pizzas (les meilleures de l’ile, cuites dans un vrai four à bois, un régal) et autres délices, dont un poisson en croûte de sel dont je ne vous dis que ça. Le chat ci-dessous est d’ailleurs d’accord avec moi 😉

Moi aussi j'en veux, du poisson à la croûte de sel

Un bon choix de vins pour accompagner les plats, d’excellents cafés, le tout servi avec beaucoup de gentillesse et à prix raisonnable. Du Montepulciano pour accompagner les pastas, un espresso bien serré pour terminer et j’irai manger une glace à la Gelateria Montebianco de mon amie Fortunata. Un arrêt obligé avant le retour vers les colonias. Je vous en reparlerai…

Espresso

Hier, 1er mai, nous aurions dû avoir le traditionnel défilé de la Fête du Travail. Mais le Président Calderon a demandé que tous nous restions chez nous jusqu’au 5 mai, arguant que nous étions bien plus en sécurité dans la quiétude de notre foyer que dans les rues.

Pas du tout concernées, une des mes copines et moi passons à Cancun, on a des achats à faire, nous !

À voir l’animation qui régnait au Mercado 23 – ou dans les supermarchés où nous avons fait nos courses, l’appel du président n’a guère été écouté.

Mercado 23Mercado 23cordes à linges, mercado 23Mercado 23, Cancun

Peu de masques. Et parfois portés de manière originale.
Et beaucoup de monde sur les bateaux qui font la navette vers l’ile…

Oui, je l'ai, mon masque!Prêts au départ vers Isla MujeresArrivée de l'isla

De retour sur notre petit bout de terre, nous avons été déguster un potaje de lentejas (la version yucateca du petit salé) chez Pelayo, une de nos loncherias préférées. Ils préparent ce potage de lentilles tous les premiers du mois, car la tradition dit que si l’on cuisine un plat de lentilles ce jour-là, on ne manquera pas d’argent au cours du mois qui commence. Premier du mois ou pas, le potaje était délicieux, généreusement garni de légumes et de cubes de porc.

Loncheria PelayoLoncheria PelayoLoncheria Pelayo

La situation ce matin :

Un décret du gouvernement exige que du 1er au 5 mai, l’activité soit réduite au minimum à travers le pays, ce qui signifie fermeture des commerces non-essentiels.

Pour le moment à l’ile deux discothèques et un bar ont fermé temporairement ai-je lu dans le journal local.

Ce matin, j’ai juste été au petit marché près de chez moi, animation habituelle d’un samedi matin sur une petite ile ensoleillée, au large des côtes de la péninsule du Yucatan…

Au marché du CañotalAu marché du Cañotal

Plus de photos? ici…

Bleue, bleue la mer, pour le jour de la Terre …

Depuis ce matin, j’essaye de vous écrire un billet songé sur les dangers qui guettent notre planète, et en particulier le coin ou j’ai posé mon sac. Je voulais vraiment. J’ai remis cent fois sur le métier mon ouvrage… sans résultat.

Et pour cause : le ciel et la mer m’ont noyée dans les bleus aujourd’hui. Assez pour me donner plus envie de vous parler des particularités (saviez-vous que notre péninsule est une gigantesque plaque flottant sur une fine couche d’eau douce et salée, qui communique avec la mer ?) et des beautés de la péninsule du Yucatan que des problèmes causés par le surdéveloppement touristique…

Réflexions

Une de ces prochaines fins de semaines, j’irai visiter l’un des  joyaux du Patrimoine Mondial de l’Unesco, la biosphère de Sian Ka’an.

Sian Ka’an, en maya, signifie « origine du ciel ».

Située près de Tulum, cette immense réserve (en fait le plus vaste territoire protégé de toute la péninsule) abrite forêts tropicales, mangroves et marais, ainsi qu’une vaste étendue marine traversée par une barrière de récifs. Elle abrite une flore et une faune très riches – plus de 300 espèces d’oiseaux et une centaine d’espèces de mammifères.

On explore la réserve via le Centre Ecologique de Sian Ka’an qui offre informations, excursions dirigées et hébergement à ceux qui veulent visiter la réserve.

Une autre découverte ?

Véritable paradis pour les ornithologues, lieu de refuge de l’une des colonies de flamants roses la plus importante du Mexique, Rio Lagartos, à une centaine de kilomètres au nord de Valladolid, est une autre réserve protégée que je me promets d’aller découvrir. Y cohabitent plus de deux cents espèces d’oiseaux …

Bonne journée de la Terre…

Visites

Lorsque je suis à Isla Mujeres, j’en ai souvent, de la visite. Amis et famille aiment venir découvrir mon deuxième lieu de vie, restent une, deux ou trois semaines, puis c’est déjà le matin de l’au-revoir sur le quai.

Dois-je vous dire que j’aime ça? Le plus souvent, c’est un pur plaisir de les recevoir, de partager avec eux ma vie de tous les jours et aussi de redécouvrir l’ile avec leurs yeux de visiteurs.

Et cette fois-ci, ça s’est très très bien passé, tellement que je décerne à mon visiteur « l’Isleño d’or » , titre que je réserve à ceux qui, venant nous découvrir, le font avec calme, gentillesse et compréhension – tout n’est pas parfait ici, on est sur la planète Terre! – acceptent les différences, et repartent le coeur content et des souvenirs plein la tête. En plus cette fois, mon visiteur m’a laissé un petit pensionnaire, qui s’en ira à Montréal quand il aura un peu grandi. Et laissez-moi vous dire, c’est un plaisir que de s’occuper du petit goinfre!

Gracias por tu visita, amigo, y hasta luego!